Non, nous ne voulons plus de ça.

Nombreux sont ceux qui refusent d’obéir à ce pouvoir patriarcal paternaliste policier qui veut nous renvoyer au travail. Le corps des enfants se trouve embrigadé dans la guerre économique. Leur corps c’est nos corps d’hier, le corps est politique.

Pour qui ouvrez-vous les écoles ? Est-ce pour nos enfants ou est-ce pour vous et vos amis milliardaires ? Seriez-vous soudain devenu si soucieux de nos vies et de celles de nos gosses ? Oui, le corps des enfants ici est une question politique donc publique et non privée, nous exigeons donc une totale transparence des élites qui se permettent de décider seuls pour les nôtres.

Où sont scolarisés vos enfants ? Dans quelles écoles privées ? Quand ils rentreront de classe bien masqués et surprotégés, se feront-ils accueillir par leurs nounous ou par vous ? Seront-ils exposés comme les autres au manque de masques et de moyens à disposition ou bénéficieront-ils de cours particuliers chez eux ? Inversons le point de vue, le traçage ne va pas que dans un sens. Avant de vous confier les nôtres, oui, nous voulons tout savoir sur les vôtres. Vivront-ils dans une aile isolée de leur demeure attendant le repas fait par leur cuisinière gantée pour éviter de vous contaminer pendant que vous faites du télétravail ? Iront-ils peut-être prendre l’air et jouer dans les jardins au loin pendant que vous leur ferez signe par la fenêtre de votre bureau ?

Ensuite, nous voudrions savoir : comment faites vous votre calcul et en fonction de quoi ? Vous pensez qu’on ne voit pas votre chantage ouvert qui vise sans équivoque encore et toujours les vies des plus précaires ?

Quelle population sacrifiez-vous encore ? Qui sont celles qui ont été en première ligne en charge de la scolarité à la maison et qui sont celles qui seront en charge dans les écoles? Qui va désinfecter? Le système repose sur le « care » des femmes et des plus précaires pendant que les proxénètes en costume imposent leurs décisions et dirigent. Qui sont ceux à qui vous menacez de retirer les aides pour les forcer à envoyer leurs enfants à l’école coûte que coûte afin que leurs corps soient toujours disponibles à servir votre système peu importe le prix ? Aujourd’hui, l’urgence est celle de déployer massivement les aides et instaurer un plan d’urgence économique sanitaire en faveur de la protection des droits humains. Et surtout, si même il y a un seul pourcent des enfants gravement touchées, les vôtres feront-ils également parti de ceux qui attendront dans les salles d’attente des hôpitaux engorgés en cas de reprise de l’épidémie ? Oui, vous espérez froidement faire abstraction des inégalités qui exposent les autres enfants à des risques que les vôtres ne prendront jamais.

Il ne s’agit pas uniquement de savoir si il est bon ou pas de retourner à l’école, il s’agit de résister, d’extraire nos corps de l’emprise du pouvoir patriarche qui, sous couvert d’éducation, s’exerce déjà sur le corps instrumentalisé des enfants. Non, il ne s’agit pas de dire “si on ouvre les écoles, on va tous crever” mais de refuser en bloc par petits à-coups ce que vous imposez. Il s’agit de refuser ce regard glacial terrifiant vide d’humanité qui laisserait crever sans ciller tous les corps qui ne lui servent pas. Nous pouvons tout refuser et on commence par là, alors “on se lève et on se barre”.

Non, les enfants ne sont pas des cobayes pour tester votre tentative de mise en place improvisée et fallacieuse. Non, le corps des enfants ne sert pas d’alibi pour servir les intérêts exclusivement économiques qui fondent votre politique abusive. Nous exerçons notre droit de retrait face à vos mesures politiques illégales. Par ce geste de retrait, nous désertons votre politique corrompue pour nous protéger là où vous protégez vos intérêts.

Non, nous n’allons pas faire semblant de croire au jeu de la relance scolaire sous couvert de relance économique d’un système capitaliste inégalitaire. Nous ne voulons plus de ça. Perdre l’occasion de résister à ce chantage qui se joue sournoisement à travers le corps des enfants, ne serais – ce pas ouvrir la porte à un monde déconfiné égal ou encore plus violent que celui d’hier? Nous ne balancerons pas nos corps dans le flou révélateur de votre faux plan sanitaire et encore moins si vos enfants ne sont pas assis là, à côté des nôtres.

#boycottschool #boycottsystem #boycottpatriarchy

Membres du collectif N.T.P.